Association Démocraties Nouvelles
Accueil > Fonction productive > Biographies des auteurs > Pascal Enard

Pascal Enard

25 mars 1951 : naissance à Bordeaux
juillet 1968 : permis Moto
juillet 1969 : permis V.L.

Articles publiés dans le journal Sud-Ouest : page 17/24 dirigée par Jean-Claude Guillebaud et Pierre Veilletet : Sport mécanique (20/11/69), Les nouveaux cow-boys... (18/12/69) Le sens critique (01/01/70), Un vétérinaire de campagne (22/01/70), La cochonnaille familiale (05/03/70), Il se pique, il se cloute, il se fléchette et il cause (05/03/70), Moto et liberté (02/04/70), Courses landaises (02/04/70), Nous sommes tous de badauds (28/05/70), Egreteaud avant le Mans (02/06/70), Une 250, c’est déjà coûteux (05/11/70), La (bonne) conscience (17/12/70).

1971 : Baccalauréat A2
1973-1975 Employé de service commercial, vérification factures et bordereaux de livraisons.
1975-1976 : Enquêteur vacataire.
1977-1978 : Opérateur offset de bureau. En liant haut bas, fiction polylogue-essai, voir catalogue ADN.
1979-1984 : Magasinier vendeur « dans le carrelage sanitaire »
1985 : Formation d’aide-comptable, premier niveau, stage agent de magasinage informatisé.
1984-1989 : Animateur radiophonique : réalisation et animation de l’émission « Forum Lire », sur Radio Forum 94.9. Cumuls et faillites, mars 1990, publié par ADN en juillet 2003.
Formation « Les gestionnaires de l’économie sociale », diplôme obtenu, équivalent à Bac+III.
1989-1991 : Chargé d’enquêtes (Etudes et marketing), Travail non rétribué et baisse de jouissance, mars 1991, publié par ADN en juillet 2003.
1992-2007 : jardinier et agent d’entretien à temps partiel.
2000-2007 : Responsable de l’Association Démocraties Nouvelles, animateur de lectures publiques en librairies, coordonnateur et co-diffuseur des publications (France Sud, sous une ligne Lannion – Lyon).

Réponses de Pascal à 12 des 24 demandes d’éclaircissements de Daniel, sur des passages d’En liant haut bas (Essai/Fiction polylogue, 1978 ADN).

Je venais quasiment de terminer mes réponses (R2000) à tes questionnements sur les deux conférences du 17 et du 24 juin 2000, que tu me re-suscitais en précisions le 9/10/2000. C’est l’occasion de donner toute la portée de ce premier grand Essai/Fiction sorti de mes ateliers (ton d’un grand maître de fabrique type Bréguet-aviation).
La fonction pédagogique était effectivement absente de mes préoccupations dans cette phase guerrière des années 70 à 80. Elle nous arrive dans le conseil des Démocraties Nouvelles , de par ta pratique de plus de vingt ans de professorat, de frottement à des incompréhensions coriaces, qui n’ont pas réussi à éteindre, comme chez tant de nos professeurs, ta voracité de savoirs, exigeante, allumée, décapante.

R 2001 (1), à R 2001 (12)

Page 4 : le rejet cycle vivant
R 2001 (1) Selon certains courants idéalistes l’instant est éternel. Le pétillement de temporalités passées et futures dans l’instant multiplie son unarité (par rapport au temps linéaire) vers le temps cyclique.
Cela suppose division du temps classique en quatre temporalités hétérogènes que je n’ai pas tout à fait encore pu expliciter de façon « heureuse ».

Page 6 : La multiplication de l’instant
R.2001 (2) La stase est opposée au rejet par Julia KRISTEVA dans le sujet en procès. Il y a divisibilité de rejets, comme il y a multiplicité de stases. La « pulsion de mort » dépense les stases par ces rejets (anaux).

Page 6 : quand un sujet se fait le figurant de l’absence des figurants dans la scène
R 2001 (3) L’absence des figurants est devenue, dans ma conceptualisation actuelle : « l’envol chamanique », ou « la sortie du corps » selon le discours ésotérique. Disons que l’analyste du conseil, lorsqu’il s’allume extatiquement, permet au conseil en débat ou en assemblée gestualisante de dépasser les limites psychologiques (rancunières, fanfaronnes...) pour flotter dans un état de grâce où le communisme semble atteint un moment.
Le vol chamanique conseilliste est la transe qui maintient le clivage de chaque individu dans le collectif, contestant toute réimposition d’un surmoi bureaucratique, tyrannique ou unilatéral (dogmatique).
C’est à la fois une recherche de nouvelles pratiques culturelles ancestrales, ramassant l’histoire sacrée en quelques gestes symboliques plus proches de la géomancie que des cosmogonies indo-européennes.

Page 8 : On a : « Tu te figures que je me figure », cela au sens figuré, sans qu’il soit possible de réapproprier cette figuration, ce figurant que l’on est pour un autre figurant.
R 2001 (4) Le monologue intérieur est ce bruit continu de la conscience de soi (les tropismes de Sarraute) qu’il s’agit de faire cesser pour accéder au Samadhi, à l’extase chamanique, au vol télépathique, etc.
Pessoa, après la tentative de Joyce, pluralise la posture d’énonciation pour procurer plusieurs têtes de lecture au récepteur.
Cependant il faut attendre En liant haut bas pour produire l’expérience et la théorie suivante : tant que la conscience (imaginaire de chacun) sera l’effet (mécanique) de la situation intersubjective, du cas de figure relationnel de l’échange prégnant, le figurant recevra narcissiquement cette résultante des actes des autres protagonistes, et cherchera immédiatement à s’opposer à ces actes, à en réduire la portée, voire à les annuler en agressant ces protagonistes.
L’incapacité occidentale contemporaine de faire l’épreuve d’une frustration sans dépression consécutive nous rive au camp impérialiste face à des subjectivités lâchant prise, du taoïsme, de l’hindouisme, du chamanisme d’Amérique, etc.

Page 38 : hors du temps et de l’espace anthropocentriques
R 2001 (5) Le temps et l’espace anthropocentriques ont été déconstruits par la gestalt theory et les relativités restreinte et générale d’Einstein.

Page 39 : les langages sont communs sous le rapport de leur diversité
R 2001 (6) Le langage « commun » sur le plan du discours, c’est la banalité du semblant, l’étouffement communicationnel. La communauté réelle des langages c’est leur diversité, leur hétérogénéité (Bataille).
Sous le rapport : au niveau fractionnel.

Page 52 : Faîtes ceci tout de suite, pour rien, absolument rien, alors tous vont en disposer
R 2001 (7) Tout de suite, instantanément, voir supra R2001 (1), pour l’instant. Pour rien c’est la désutilisarisation de la valeur de ce faire (voir le don chez Derrida). En disposer suppose que les « en composer » sont désutilisarisés. Tant que ce qui compose se destine à une fonction unaire, il se dispose pauvrement dans cette expansion relative que la fonction particulière lui octroie.

Page 145 : une atteinte des contraires à nu, sans exclusions par l’objectant subjectif
R 2001 (8) Les potentialités, les polarités complémentaires du soi débloquent la conscience oppositionnelle du moi que « blesse », « humilie » tout autre protagoniste, le plus affectivement proche soit-il . Le figurant prend conscience de ce qu’il se figure fantasmatiquement que l’autre veut sa perte.
Aussi perçoit-il la discontinuité moléculaire comme composant la séparation des figurés continuistes. Les molarités s’opposent et craignent la séparation à ne pas se rapporter à leur procès vibratoire discontinuiste.

Page 174 : Que je ne m’attribue plus la réalité selon la logique prédicative ne peut manquer de me libérer des projections structurées par le mythe, du relais fantasmatique, appropriant alors au dehors son dedans devenant un dedans à dehors enfin déforclos.
R 2001 (9) Confer : R 2000(5) et R 2000(11)

Page 175 : Il n’y a que trois positions possibles à la conformité du signe, où les sujets peuvent « s’appartenir », pour quatre états de sujet ; d’où la forclusion.
R 2001 (10) Confer : Figurant polyversel, mai 1998, Bourse Internationale Matérialiste des Arts et Techniques, section 1 : Racines freudiennes du figurant, fragment : les quatre dénégations du sujet (1977). Cet ouvrage a été publié par ADN en décembre 2005.

Page 210 : la structure d’agrément mutuel que le féodalisme quant à lui annulait purement et simplement dans la dyade du symbole
R 2001 (11) confer L 1978(13/6) recueillie dans Aux tournants (E2001). Cet ouvrage a été publié par ADN en janvier 2002.

Page 212 Avec la culture du signe le capitalisme a approché de la culture de masse qu’il rate pourtant par son incapacité à choisir décisivement une forme de figuration et d’investissement unifiant le pluriel.
R 2001 (12) La civilisation des figures n’unifie pas le pluriel dans l’un métaphysique mais dans le processuel (le procès en cas de figures multiples).
L’ « unification » en question est donc ce qui nous sortira du polymorphe capitaliste, qui est une multiplication maladive de clones, d’ersatz et non la réelle singularité des étants (des figurants). La singularité d’un étant rejoint la diversité des étants sur le plan unifié de leurs éléments. C’est la continuité de la discontinuité (l’hétérogène de Bataille). Le plan d’insistance de Deleuze ne s’atteint que lorsque la consistance fugie.

Nb 2001 (1) 23/11
Appelés à mettre en circulation un nombre de documents assez conséquent sur plusieurs années, il semblerait souhaitable de les affecter d’un identifiant, permettant d’éviter l’envoi de doublons à nos adhérents. Depuis quelques mois voici ceux qui se sont spontanément présentés à l’usage :

A : article, Aj : article journal, Ar : article revue, Ba : bulletin adhésion, C : conférence, Cr : compte rendu, D : dédicace ou autographe, E : essai, Ex : exposé, F : fiction, I : image numérique, In : invitation, J : journal, K : carnet, L : lettre(correspondance), Li : livre, M : monographie, Nb : note bureau, P : poème, Ph : photo, Pi : peinture, Q : question, R : réponse, Ri :réponse interview, Sa :statuts associatifs, T : tract, Tp : pièce de théâtre, Vb : bulletin vote, W : enveloppe retour, Xf : fax, Z : mail, ac : acte, ch : chant, cp : chapitre, ds : dessin, pé : préface, pt : postface, sn : section, ....


SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0