Association Démocraties Nouvelles
Accueil > Accueil > Après le progrès de Beata Umubyeyi Mairesse

Après le progrès de Beata Umubyeyi Mairesse

recueil de poésies édité par La Cheminante collection Harlem renaissance

EJO 2015, 144 pages, 14€ . Même quand le traumatisme pourrait être un vécu commun, la difficile question de la transmission se pose. Chaque individu étant centré sur sa propre intériorité. "Au début quand je suis arrivée ici, lorsque je disais d’où je venais, les vieilles dames m’interrogeaient sur mon histoire d’un air horrifié. Mais dès que je commençais à raconter, elles me coupaient la parole pour me raconter leurs propres histoires de la guerre, l’occupation par les Allemandes, l’exil, les bombardements, la faim." "Le vrai problème [...] c’est d’écouter" écrit Jorge Semprun dans l’Ecriture ou la vie. Dans cette écoute se joue le partage, la reconnaissance de l’humanité de l’autre, une humanité niée par le génocide.

Lézardes, 170 pages, 2017, 16€ : "Les lézardes se promènent tout au long du mur et nos beaux mensonges ressemblent à des rides sur un visage prématurément fatigué". Beata a elle-même échappé de justesse au génocide, à l’âge de quinze ans."Trois mois de survie. Le refuge d’une cave. La mort qui gronde tous azimuts", nous dit son éditrice.
...] Je me suis rééllement transformée en papillon de nuit, sortant me nourrir quand les autres enfants dormaient, et évitant les lumières menaçantes des hommes"."Quand gronde la guerre, l’enfant doit se débrouiller pour assimiler ’la vérité sur l’existence’ en accéléré.

Après le progrès, 85 pages, 2019, 10€. " Que reste-t-il des sauvageries divertissantes/ Les mystères se sont étiolés,/ l’oublioir est passé / Les singes du zoo suivent en épisodes / les joies les peines de leurs gardiens / Le dimanche après la messe à la télé / une armée de paresseux en légers canoës / affronte l’inconnu et ses dangers / Dans leur dos ça supplie "partez" / à l’arrivée ça aboie "partez" / Le nouvel ordre mondial /
Tout au bout de l’allée des jouets / les costumes d’explorateurs / sont en solde depuis une paire d’années/ Gardien, voilà un métier qui fait rêver / de zoo, de but ou de barbelés / Qu’importe pourvu que le poste soit assuré "

Prestation de Beata, questions de Christophe Dabitch, lectures de Sophie Robin, intervention de Dominique Celis, le mardi 9 avril 2019 à la librairie Lignerolles, à Bordeaux.


SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0